Abus de diagnostics pour la dépression

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Les membres de la Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme vont organiser une distribution de prospectus le lundi 23 décembre 2013 de 16h à 17h dans la rue Lenepveu à Angers, pour sensibiliser la population au diagnostic abusif de la dépression, ainsi que les traitements psychiatriques dangereux administrés.

La Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques (DREES) et l’Institut de Recherche et Documentation en Économie de la Santé (IRDES) ont publié en décembre 2013 un rapport intitulé : « La prise en charge de la dépression dans les établissements de santé ». Ce document révèle des informations intéressantes, dont certaines sont pour le moins inquiétantes concernant les abus psychiatriques en France.

1,5 millions d’adultes (+ 16 ans) ont été suivis en psychiatrie dans des établissements français en 2011. 300 000 d’entre eux étaient suivis pour dépression, sachant que la durée moyenne d’un internement pour les personnes dites dépressives est de 27 jours.

Ces statistiques nous font nous demander si des abus ne seraient pas commis dans le domaine psychiatrique.

Voici les critères diagnostiques des troubles dépressifs, tels qu’ils sont indiqués dans le Manuel Diagnostique et Statistique des troubles mentaux (DSM) :

- perte d’appétit ou hyperphagie ;

- insomnie ou hypersomnie ;

- baisse d’énergie ou fatigue ;

- difficultés de concentration ou difficultés à prendre des décisions ;

- perte ou gains de poids ;

- agitation ou ralentissement moteur.

La liste des troubles dépressifs contient même le « trouble dysphorique prémenstruel » équivalent aux diverses manifestations des cycles menstruels chez les femmes.

Il est évident que toute personne rencontre ces soi-disant symptômes au cours de leur vie. Ainsi, peut-on vraiment qualifier ces manifestations de trouble mental ?

Le dépistage et les traitements de maladies psychiatriques rapportent énormément d’argent. Les pathologies psychiatriques et les psychotropes représentent 22,6 milliards d’euros, soit 16% des dépenses totales de santé pour l’année 2011.

La Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme est une association créée en 1974 pour le respect des Droits de l’Homme en psychiatrie. L’association reçoit chaque semaine de nombreux témoignages de familles et victimes d’abus psychiatriques.

Pour plus d’informations, visitez le site internet de la CCDH www.ccdhbretagne.org ou contactez-nous par téléphone au 02 41 34 60 03 ou par mail à ccdhbretagne@free.fr.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »