Un mort dans un hôpital psychiatrique

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Les membres de la Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme ont organisé une distribution de prospectus, le lundi 10 mars 2014 de 16h à 17h rue Lenepveu à Angers, pour sensibiliser la population aux dangereux effets secondaires des médicaments psychiatriques.

Le mercredi 5 mars, une audience a eu lieu au tribunal correctionnel de Coutances, Basse-Normandie, pour homicide involontaire. Les faits remontent au mois d’octobre 2013. Un homme de 32 ans, interné à l’hôpital psychiatrique Bon Sauveur à Saint-Lô, a été retrouvé mort dans son lit. L’autopsie a révélé l’absorption massive du médicament Atarax, la prise dépassait de 20 fois la dose maximale. Ce médicament prescrit pour l’anxiété lui avait été fourni par un ami qui le recevait lui même de son psychiatre. Ainsi ce médicament se rajoutait aux traitements psychiatriques que le patient prenait au sein de l’établissement.

Ce fait divers démontre que les médicaments psychiatriques ne sont pas anodins. En plus de pouvoir entraîner rapidement une dépendance chez les consommateurs, les effets indésirables peuvent être très dangereux : violence, hallucination, trouble cardiaque, pensées suicidaires, mort, etc. Ces effets sont répertoriés dans le Dictionnaire Vidal, et sur certaines notices de médicaments.

De nombreux cas de morts au sein d’établissements psychiatriques ont été révélés au cours des dernières années. Malheureusement, les autopsies ne recherchent pas toujours le lien de causalité entre les traitements psychiatriques et les décès inexpliqués. C’est pourquoi il est vital que la population soit informée des dangers que peuvent entraîner les médicaments psychiatriques.

La Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme est une association créée en 1974 pour le respect des Droits de l’Homme en psychiatrie. L’association reçoit chaque semaine de nombreux témoignages de familles et victimes d’abus psychiatriques.

Pour plus d’informations, visitez le site internet de la CCDH www.ccdhbretagne.org ou contactez-nous par téléphone au 02 41 34 60 03 ou par mail à ccdhbretagne@free.fr

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »