Un psychiatre entre la vie et la mort : les psychotropes responsables ?

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Le psychiatre Vicente Pastor-Bueno, a été agressé vendredi 13 juin à Sarcelles et était encore entre la vie et la mort samedi 14 juin, après avoir été poignardé à une dizaine de reprises par un déséquilibré.

L’agression s’est produite vendredi matin vers 10h30, lors d’une consultation dans un centre médico-psychologique (CMP) de la ville. L’agresseur est un jeune homme de 25 ans souffrant de problèmes psychologiques et suivi au CMP depuis plusieurs années. Il aurait voulu se venger des médecins.

Ce dernier était suivi en pédopsychiatrie lorsqu’il était enfant puis en psychiatrie depuis l’âge adulte. Ce jeune homme a dû prendre de nombreuses doses de psychotropes durant sa vie.

Lorsque l’on connaît la multitude d’effets secondaires possibles suite à la prise de psychotropes, il n’est pas surprenant que ce genre d’agression ou tentative de meurtre soient commises par un patient suivi en psychiatrie depuis de nombreuses années. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’un patient psychiatrique sous traitements se comporte de la sorte.

Les médicaments psychiatriques peuvent entraîner : des hallucinations, des problèmes cardiaques, de l’agressivité, des envies de meurtres et même de suicide, et bien d’autres effets indésirables.

C’est pourquoi les membres de la Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme ont organisé une distribution de prospectus le jeudi 19 juin de 15h à 16h, dans le quartier des Capucins à Angers, pour dénoncer les effets secondaires dangereux des psychotropes.

En tant qu’association dénonçant les dérives psychiatriques, la Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme est régulièrement témoin de ce genre d’abus : effets secondaires de médicaments, maltraitance, faux diagnostics, contentions, électrochocs, décès, etc. L’association, créée en 1974 en France, est contactée chaque semaine par de nombreuses familles et victimes d’abus psychiatriques.

Pour plus d’informations, visitez le site internet de la CCDH www.ccdhbretagne.org ou contactez-nous par téléphone au 02 41 34 60 03 ou par mail à ccdhbretagne@free.fr

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »