Le suicide de Robin Williams lié aux psychotropes ?

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Rob Schneider, très proche de Robin Williams depuis leur apparition sur le plateau de Saturday Night Live, il y a une vingtaine d’années, s’est exprimé sur Twitter suite à la mort de son ami. “Maintenant, nous pouvons en parler. Robin Williams prenait un traitement pour soigner les symptômes de la maladie de Parkinson. Et l’un des effets secondaires de ce traitement, c’est le suicide !”.

Les récents tweets de Rob Schneider semblent être ceux d’un homme lancé dans une croisade contre l’industrie pharmaceutique en mémoire de son ami défunt.

Un proche anonyme a également confié aux Britanniques du Daily Mail que “Robin avait récemment quitté une cure et qu’il prenait des médicaments contre l’anxiété et la dépression”, en plus de lutter contre les premiers symptômes de la maladie de Parkinson via d’autres médicaments. Il a aussi indiqué que “beaucoup de ces médicaments causeraient des pensées suicidaires comme effet secondaire. Des amis de Robin sont sonvaincus que la prescription de ce cocktail de pilules a quelque part contribué à la rapide dégradation de son état de santé mentale.”

Les analyses toxicologiques, dont les résultats sont attendus d’ici six semaines, permettront peut-être d’y voir plus clair.

Il faut savoir que les psychotropes qui sont administrés par les médecins généralistes, les psychiatres en cabinet ou lors d’un internement, sont potentiellement très dangereux parce qu’ils peuvent entraîner de graves effets secondaires comme : hallucinations, problèmes cardiaques, agressivité, idées suicidaires…etc

Il est vital d’informer le grand public sur ces effets car de trop nombreuses personnes en sont victimes. Avant toute prescription, chaque patient doit être clairement informé de la dangerosité de tels “traitements”.

C’est pourquoi, les membres de la Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme organise une distribution de prospectus le lundi 25 aout 2014 à Angers pour sensibiliser les Angevins à ce problème de santé publique, la France étant le pays le plus grand consommateur d’antidépresseurs au monde.

La Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme est une association existant depuis 40 ans en France pour dénoncer les dérives psychiatriques. Elle reçoit chaque semaine des témoignages de victimes et de familles sur ces abus.

Pour plus d’informations, visitez le site internet de la CCDH www.ccdhbretagne.org ou contactez-nous par téléphone au 02 41 34 60 03 ou par mail à ccdhbretagne@free.fr

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »