La psychiatrie et le DSM : une imposture meurtrière !

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Le DSM, manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, également appelé la “bible des psychiatres” a été publié pour la première fois en 1952 et répertoriait alors 60 maladies. Aujourd’hui c’est le DSM V qui est utilisé, répertoriant plus de 400 maladies mentales !

Le samedi 22 novembre, un colloque très attendu organisé par l’association Stop-DSM, créée en 2010 par le pédopsychiatre et psychanalyste Patrick Landman, a eu lieu dans le douzième arrondissement de Paris.

Allen Frances, psychiatre de renom, auteur de “Sommes nous tous des malades mentaux ?” et directeur pendant dix ans du DSM IV, a pris la parole lors de ce colloque et a tenu un discours de mea culpa. Il a déclaré : “Ce qu’on a fait en 1994 est idiot. En l’absence de découvertes scientifiques on aurait dû s’en tenir au DSM 3″. Il rappelle qu’en trente ans de recherche sur le cerveau et des milliards dépensés, rien d’ébouriffant n’a été trouvé. Toutes ces recherches pour aucun profit thérapeutique !

Mais alors pourquoi avoir sortit en 2013 le DSM V ? Les psychiatres se basent sur ce Manuel pour étiqueter quiconque de “malade mental”, dans le but de prescrire de plus en plus de psychotropes. Et oui car ces drogues psychiatriques alimentent une industrie pharmaceutique de 330 milliards de dollars et ce, sans le moindre traitement efficace !

De plus, le coût en vies humaines est extrêmement dévastateurs : ces drogues psychiatriques tuent à l’heure actuelle près de 42 000 personnes par an et n’en guérissent aucune ! Et le bilan ne cesse d’empirer.

Le consommateur peut également être victime d’effets secondaires tels que : des vertiges, des somnolences, des tremblements, une vue trouble et/ou même des troubles sexuels ! Les psychotropes peuvent également agir sur le mental avec des effets dévastateurs tels que : anxiété, agitation, insomnie, irritabilité, hostilité, agressivité, violence, actes de manie psychotiques purs, pensées suicidaires, etc.

C’est pourquoi, les membres de la Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme organisent une distribution de prospectus le mardi 2 décembre de 15h à 16h30 dans la rue Lenepveu à Angers, afin de dénoncer les nombreux abus de la psychiatrie !

La Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme est une association existant depuis 40 ans en France pour dénoncer les abus psychiatriques. Elle reçoit chaque semaine des témoignages de victimes et de familles sur ces abus.

Pour plus d’informations, visitez le site internet de la CCDH www.ccdhbretagne.org, ou contactez-nous par téléphone au 02 41 34 60 03 ou par mail à ccdhbretagne@free.fr

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »