Angers: Dénonciation des abus psychiatriques pour réagir au congrès de psychiatre

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

La Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme sera présente dans le centre ville

d’Angers  le  mercredi 3 octobre afin de dénoncer les traitements inhumains et dégradants ainsi que

les soins sous contrainte trop nombreux dans les hôpitaux psychiatrique.

En été 2017, une enquête avait été ouverte puis classée après le décès d’une patiente au Centre Hospitalier

Sud francilien, retrouvée morte sur son lit, le pantalon baissé et des traces sur les cuisses. Elle se serait

suicidée. La responsabilité de l’établissement sur ce suicide n’a visiblement pas été considérée.

Selon la loi, il existe plusieurs dispositions légales pour procéder à l’internement de quelqu’un.

Les mesures d’urgence ou de péril imminent font partie de ces dispositions. Elles doivent être utilisées à

titre exceptionnel car elles ne comprennent pas suffisamment de garanties pour éviter les abus.

En effet, l’hospitalisation forcée en cas d’urgence nécessite un seul certificat médical au lieu de deux dans

le cadre d’une admission à la demande d’un tiers. Quant aux soins en cas de péril imminent, cette

procédure permet à un seul et même psychiatre d’interner de force n’importe quel citoyen, sans l’accord

de la famille ou des proches.

L’utilisation des mesures d’urgence et de péril imminent est importante alors même que la loi

précise que ces mesures doivent être utilisées à titre exceptionnel.

Parfois, l’exception est devient la règle ! Les chiffres montrent que les

psychiatres ne respectent pas la loi et les droits des personnes hospitalisées sous contrainte.

La CCDH s’inquiète de constater un tel manquement et non-respect de la loi relative aux soins

sous contrainte dans de nombreux départements en France et a récemment alerté les autorités

départementales habilitées à contrôler  les hôpitaux psychiatriques.

La CCDH est une association spécialisée dans la protection des droits de l’Homme dans le domaine de la

santé mentale. Elle reçoit chaque semaine des dizaines de témoignages de famille et de victimes abusées

. Depuis plus de 40 ans, elle dénonce les pratiques inhumaines et dégradantes de la psychiatrie et œuvre

pour le respect des droits et de la dignité des patients.

Pour toute information, contactez la Présidente de la Commission des Citoyens pour les Droits de

l’Homme au 01.40.01.09.70 ou au 06.67.56.88.04 ou par e-mail : info@ccdh.fr

www.ccdh.fr

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »